Qu’est-ce que la crypto Nano (NANO), anciennement Raiblocks (XRB) ?

Nano (Raiblocks) est une crypto-monnaie qui prend en charge les transactions sans fees et quasi instantanées. Elle utilise une structure de données et un algorithme de consensus radicalement différents de Bitcoin. A la différence de la blockchain Bitcoin, Nano utilise une structure de données où chaque adresse Nano a sa propre chaîne de blocs.

Nom : Nano – Anciennement Raiblocks
Sigle : NANO – Anciennement XRB
Création : Décembre 2014
Site officiel : https://nano.org/en
Whitepaper : Oui
Mise en place d’une ICO : Non
Solidité du projet : Stable
Possibilité de minage :
Non
Quantité totale : 133 248 289 NANO coin
Réseaux sociaux principaux : Medium, Twitter, Reddit +2 autres

Au sein du Bitcoin, le consensus est maintenu grâce à la Preuve du travail, résumée sous l’appellation POW. À Nano, le consensus est maintenu par le vote.

Colin LeMahieu a commencé à développer le projet en 2014 et le réseau de production a été lancé en 2017. Il s’appelait à l’origine Raiblocks avant d’être rebaptisé Nano début 2018. En l’espace d’un mois, durant le marché haussier de 2017, le prix de NANO a grimpé de quelques cents à plus de 34 $ !

Comment fonctionne Nano ?

Le grand livre de Bitcoin est représenté sous la forme d’une liste unique et la preuve de travail est utilisée pour maintenir le consensus et faire progresser le grand livre. Bien que cette configuration puisse maintenir le consensus dans un système ouvert et distribué, où n’importe qui peut rejoindre ou quitter à tout moment celui-ci, le compromis est qu’elle est très lente et que le débit maximum des transactions est limité à environ 7 transactions par seconde.

Pour prendre en charge les transactions quasi instantanées, Nano utilise une architecture différente appelée « Block Lattice ». Avec le treillis de blocs, chaque adresse Nano a sa propre chaîne de blocs et celle-ci ne peut être mise à jour que par l’adresse. Le réseau Nano se compose de validateurs qui stockent l’état complet du réseau et des utilisateurs qui possèdent des adresses.

Les validateurs ont des coûts de stockage et de bande passante élevés puisque chaque validateur doit suivre la chaîne de blocage de chaque adresse, voter sur les transactions et les transmettre au reste du réseau. Puisque les nouveaux blocs ne créent pas de nouveaux NANO et que les transactions sont ressenties, les validateurs ne sont pas récompensés pour leur travail. Interrogée sur l’espace disque et l’utilisation de la bande passante, l’équipe avait déclaré que les deux étaient en cours d’amélioration par des mises à jour de protocole en attente dont le déploiement a été déployé fin 2018. Il est donc aujourd’hui possible d’exécuter des nœuds légers et optimisés.

Envoyer et recevoir du NANO

Pour envoyer des NANO, un compte doit ajouter un bloc d’envoi à sa blockchain. Ensuite, il doit demander des votes aux « nœuds représentatifs ». Les votes sont essentiellement des signatures cryptographiques agrégées. Après avoir reçu les votes, le bloc est prêt à être publié au reste du réseau, et le destinataire peut être sûr que l’argent est envoyé. L’ensemble du processus s’étend sur quelques secondes.

Comme la blockchain d’une adresse ne peut être mise à jour que par une seule adresse au maximum, les mises à jour peuvent être effectuées immédiatement sans crainte de conflits. Ceci est fondamental pour la vitesse et l’évolutivité de Nano.

Pour recevoir des fonds d’un bloc d’envoi, le destinataire doit ajouter un bloc de réception correspondant à sa chaîne de blocs et propager le bloc au reste du réseau.

La solution de NANO face aux conflits potentiels sur une Blockchain

Le consensus du réseau est maintenu par le vote. Si un nœud n’est pas d’accord avec l’état du réseau, il peut commencer un vote en annonçant le conflit aux validateurs qui y sont connectés et ces validateurs transmettront le conflit aux validateurs qui y sont connectés jusqu’à ce que l’ensemble du réseau soit informé du conflit. Le processus de vote se déroule sur une période prédéfinie où chaque nœud vote sur un état du réseau qu’il juge correct. Le nombre de votes d’un validateur est égal au nombre de NANO qu’il possède plus le nombre de NANO qui lui est délégué.

Lorsqu’un état a plus de 133 248 289/2 votes (133 248 289 est le nombre total de NANOs en existence), il est automatiquement accepté comme l’état du réseau.

Protection anti-spam

Comme Nano prend en charge les transactions quasi instantanées, le réseau est vulnérable au spam. Un utilisateur peut émettre à peu de frais un grand nombre de transactions inutiles et submerger les validateurs. Pour se protéger contre le spam, une adresse a besoin d’effectuer une preuve rapide d’un problème de travail pour envoyer une transaction. On retrouve ici le principe de PoW, mais seulement sur quelques instants.

L’équipe derrière Nano

Nano est l’idée du développeur de logiciels Colin LeMahieu. LeMahieu a découvert Bitcoin en 2010 et s’est vite rendu compte que le réseau avait un problème de vitesse et d’évolutivité. Après avoir suivi et étudié la crypto-monnaie pendant quatre ans, il a décidé de commencer à développer Nano en 2014 edans le but d’amélioré ce qui avait été fait pour le Bitcoin. LeMahieu a lancé le réseau de production en 2017. Nano n’a pas été distribué par lle système d’une ICO, mais plutôt par la mise en ligne d’un faucet protégé contre le spam.

Nano a été lancé sous le nom de RaiBlocks. Pendant le marché haussier de la fin 2017, le prix de NANO est passé de quelques cents à plus de 34 $ et, à la fin janvier 2018, RaiBlocks a changé de nom pour devenir Nano. Aujourd’hui, le prix de Nano a bien diminué, mais il a suivi le cours du marché.

Bien qu’il s’agisse principalement d’un développeur solitaire qui construisait Nano avant son lancement, LeMahieu a depuis constitué une petite équipe d’employés opérationnels et d’ingénieurs logiciels pour continuer à améliorer Nano et à étendre son écosystème. LeMahieu continue d’être le promoteur principal du projet.

Quelles sont les interrogation autour du projet ?

Centralisation

Les validateurs de Nano sont très coûteux à utiliser. Les coûts se composent d’un stockage élevé et des coûts de bande passante. Un validateur doit stocker l’état complet du réseau, qui est constitué de chaînes de blocs pour chaque adresse utilisée. Un validateur doit également relayer toute nouvelle transaction à chaque validateur auquel il est connecté. Cela peut être incroyablement coûteux puisque les transactions de Nano sont rapides, gratuites et que le réseau évolue bien. Comme il n’y a pas de récompense pour l’utilisation d’un validateur, il n’est pas du tout rentable pour le détenteur de Nano « moyen » d’en utiliser un et les opérations du validateur sont sujettes à la centralisation.

Certains affirment que ce n’est pas un problème puisque les entreprises qui dépendent de Nano et les riches détenteurs de Nano sont incités à utiliser des validateurs pour sécuriser le réseau. Cependant, rien ne prouve ue cela continue de fonctionner à long terme.

Vulnérabilité au spam

Un acteur malveillant pourrait exécuter un script simple qui permettrait à plusieurs comptes d’envoyer constamment des transactions entre eux. Cela impose une lourde charge aux validateurs et gonfle le réseau de données inutiles. C’est problématique lorsque la création de spam est bon marché, mais le spam est très coûteux pour le réseau.

Cela dit, Nano dispose d’un système pour atténuer le spam : une adresse doit résoudre un simple problème de preuve de travail pour envoyer une transaction. Cependant, ce système n’a pas été testé et n’est peut-être pas assez coûteux pour dissuader les personnes malveillantes.

La technologie des contrats intelligents

Les contrats intelligents sont une extension puissante de la fondation que Bitcoin a établie pour les crypto-monnaies. Les contrats intelligents sont sans commune mesure essentiels pour la survie à long terme de chaque crypto. Le projet Nano et sa crypto ont tout intérêt à mettre au point une solution viable pour y remédier.

Notre avis sur le NANO

Contrairement à de nombreuses crypto-monnaies, Nano ne suit pas l’architecture classique à une seule Blockchain pour le Bitcoin, mais utilise plutôt une architecture particulière pour prendre en charge les transactions gratuites et quasi instantanées. De plus, le réseau de production est en direct et fonctionne comme annoncé.

Malheureusement, Nano n’est pas exempt de compromis. Pour permettre des transactions rapides et gratuites, les validateurs ne sont pas rentables et le réseau est vulnérable au spam. Néanmoins, il s’agit d’un projet passionnant qui repousse les limites de l’architecture des crypto-monnaies traditionnelles et des performances du réseau. Enfin, le protocole est encore en cours d’élaboration et il n’y a donc aucune raison de croire que ses défauts ne puissent être atténués ou corrigés.

Découvrez toutes nos cryptos

Notre liste de crypto monnaies n’attend qu’une chose, que vous cliquiez sur le logo de la crypto-monnaie que vous désirez connaitre !