Qu’est ce que la blockchain ?

Définition de la blockchain

La blockchain est un réseau de stockage et de transmission d’informations qui se veut indépendant et surtout totalement transparent et donc consultable.

Comprendre la blockchain

La blockchain fonctionne comme une véritable base de données qui stocke toutes les informations des différents échanges ayant eu lieu entre les utilisateurs depuis la création de celle-ci. Cette base de donnée est distribuée entre tous les utilisateurs pour qu’il n’y ait pas d’intermédiaire. Pour effectuer une transaction de crypto monnaie, l’utilisateur doit donc avoir cette base de données à jour, où l’organisme qui effectue la transaction pour l’utilisateur doit l’avoir à jour. Dans tous les cas, si l’un des deux partis n’est pas à jour sur cette base de données, il n’y aura pas de transaction possible. Cela permet ainsi d’assurer la véracité de la blockchain.

De plus, la blockchain fonctionne sur un système de chaîne de blocs qui peuvent traiter une quantité définie d’information à l’intérieur desquelles sont stockées les informations de ces transactions qui seront ensuite vérifiées par différents moyens selon le type de blockchain avant d’être validées. Cela va relativement vite et varie entre quelque secondes ou une dizaine de minutes lorsque tout va bien sur ce réseau.

Smart contracts blockchain

Les smart contracts, signifiant contrats intelligents en français, sont en réalité des protocoles informatiques permettant de vérifier et d’exécuter un contrat ou une négociation. Ceux-ci peuvent aussi rendre une clause contractuelle inutile. Concrètement, le smart contract va inscrire de manière permanente les règles d’un accord entre différents acteurs sur la blockchain. Ainsi, il permettra le transfert d’un actif dans le cas où les conditions contractuelles seraient réunies au préalable.

En résultera un gain de temps indéniable grâce à l’automatisation du processus, mais aussi une plus grande sécurité grâce à ce processus auto-exécuté ainsi qu’une diminution des coûts liés à la passation des contrats désormais « intelligents ».

Les différentes méthodes de validation des contrats

Qu’est ce que le proof of Work ?

Le proof of work, où preuve de travail, consiste à créer des pièces numériques par l’utilisation de la puissance de calcul mathématique d’un objet connecté à Internet, le plus souvent un ordinateur. Les mineurs auront donc pour rôle de léguer tout ou partie de la puissance de calcul de leur ordinateur pour pouvoir espérer miner des blocs et ainsi obtenir en contrepartie une quantité de bitcoin (ou autre crypto monnaie) pour ce travail mathématique. Le proof of work permet donc de vérifier les données qui arriveront sur la blockchain, mais aussi de valider ces transactions. Enfin, cela permet aussi de créer les blocs composant la blockchain.

Les problématiques liées au proof of work sont d’une part la nécessité d’être à jour pour pouvoir miner, ce qui peut prendre du temps lorsque le mineur se met à jour sur la blockchain pour la première fois, mais aussi et surtout la consommation électrique très importante.

Qu’est ce que le proof of stake ?

Le proof of Stake, où preuve d’enjeu, va à l’encontre du proof of work. Alors que le proof of work utilise la puissance de calcul, le proof of stake va utiliser un système de détention et de conservation de la monnaie virtuelle pour pouvoir créer des blocs et ainsi les miner. Le mineur en proof of stake va donc devoir bloquer ses pièces pour prouver qu’il souhaite participer au minage de la crypto en question. Ainsi, la blockchain choisira aléatoirement par la suite celui qui pourra créer le bloc permettant aux utilisateurs ayant bloqué leurs pièces numériques de le miner. Le proof of stake est une réelle alternative bien moins énergivore que le proof of work.

Les différents types de blockchain

Blockchain publique

Une blockchain publique est une blockchain ouverte au public permettant ainsi à tout utilisateur d’intervenir dessus. C’est à dire qu’il est possible d’avoir une visibilité totale du registre depuis sa création, mais aussi de participer aux transactions de ce type de blockchain.Enfin, cela offre aussi à l’utilisateur le droit de participer au processus de validation des smart contracts en tout temps. Tout individu peut donc devenir mineur lorsqu’il le désire. De plus, les blockchains publiques fonctionnent grâce aux transactions de crypto monnaie, assurant le bon fonctionnement et la sécurité du processus par validation des transactions.

Blockchain privée

À la différence des blockchains publiques ou tout le monde peut intervenir grâce aux actions prédéfinies de celles-ci, les blockchains privées n’offrent pas un droit égal entre les utilisateurs. Généralement, la validation des transactions se fait par l’organisme émetteur de cette blockchain et non par les utilisateurs. De plus, l’accès à la lecture de ces blockchains n’est pas systématiquement public, étant donné que celles-ci peuvent être utilisées pour traiter des données sensibles. Les organismes mettant en place ces blockchains sont généralement des entreprises privées, des gouvernements, des institutions et des banques. Enfin, il n’est pas nécessaire de faire appel aux crypto monnaies pour que ces blockchains fonctionnent.

Découvrez le reste de notre site

Captain Crypto, c’est beaucoup d’autres choses, et parmi celles-ci, vous trouverez les catégories mères suivantes :